samedi 17 avril 2010

Yves Duteil


Je ne suis malheureusement pas une grande fan des chanteurs populaires d'aujourd'hui, j'avoue qu'il y en a plusieurs nouveaux au Québec que je ne connais pas du tout. J'écoute la radio en voiture matin et soir et je suis souvent déçue par le manque de profondeur des textes des chansons actuelles.
Il y a cependant un auteur-compositeur-interprète français que j'admire et que j'aime énormément pour ses chansons et sa profondeur : Yves Duteil. Dès que j'apprends qu'il vient se produire en spectacle au Québec, je m'empresse de me procurer des billets pour aller l'entendre et le voir (Il a tellement de beaux yeux, expressifs et doux…). J'aurai le bonheur d'assister à son nouveau spectacle, (fr)agiles, titre de son plus récent album, le 28 avril prochain. Bonheur longtemps espéré car il y a plusieurs années qu'il n'est pas venu chanter à Québec.

Je viens de consulter sa biographie sur son site Internet. Yves Duteil a 60 ans déjà. Sa conjointe et gérante se prénomme Noëlle et de nombreuses chansons parlent d'elle. D'ailleurs, presque toutes ses chansons sont dédiées à quelqu'un. On se souvient de sa chanson «Prendre un enfant par la main» écrite pour sa fille. Et celle de «La langue de chez-nous» dédiée à un de nos grands auteurs compositeurs interprètes québécois, Félix Leclerc.

J'aime Yves Duteil pour ses valeurs profondes d'humanisme et d'engagement social. Il défend plusieurs causes pour des enfants ayant eu une enfance difficile, comme lui semble avoir vécu. Il est aussi engagé socialement en étant maire de sa petite commune de France depuis 1989, tout un bail! Il s'est impliqué également dans des causes médicales et pour l'écologie. Il n'a pas peur dans ses chansons de dire ce qu'il pense. Son parler va avec son agir, je trouve ça formidable. J'ai connu les chansons d'Yves Duteil lors du décès de ma mère en 1984. La journée de son décès, j'ai acheté au hasard un album de ce français qui m'était inconnu et j'ai tellement été touchée par sa chanson «Les gens sans importance» que je l'ai fait jouer lors de l'hommage que mon frère et moi avions préparé pour maman. En voici quelques vers qui me touchent encore énormément :
«Ce sont des gens sans importance, avec des gestes quotidiens, qui font renaître l'espérance, et le bonheur entre leurs mains (…) C'est peut-être à ceux-là qu'on pense quand la mort vient rôder pas loin, en emportant notre insouciance un beau matin. À tous ces gens sans importance avec lesquels on est si bien, qui font renaître l'espérance et sans lesquels on n'est plus rien.»

Yves Duteil produit également un blog très intéressant intitulé Le Blog à Part d'Yves Duteil.

On peut retrouver les magnifiques textes qu'il écrit chaque mois dans la revue Panorama. Je vous recommande chaudement de vous rendre sur le site lire les billets qu'il a écrit avec des titres évocateurs de ses valeurs : Liberté, trésor fragile; Pardonner; Où s'est endormie la conscience ? ; Créer c'est rêver plus haut; Les âmes aussi se parlent… Dans cette chronique, Yves Duteil écrit :
«Les belles âmes, qui vous inspirent une confiance à toute épreuve, un mélange d'estime, d'admiration et d'amitié profonde, au-delà de l'affinité, laissent une impression de clarté et de bienveillance qui ne vous quitte plus. Même loin de la perfection, pétrie de défauts, de faiblesses ou de cicatrices, leur lumière filtre au travers des blessures. Ces êtres-là ne sont pas légion. Notre instinct, souvent, les reconnaît au premier regard (...) Lorsqu'une belle âme croise notre existence, sa bienveillance laisse un sillage d'humanité différent. »

Eh bien, M. Duteil, vous êtes pour moi une de ces belles âmes qui laissent filtrer la lumière de l'amour et de la bienveillance et je vous en remercie. J'ai vraiment hâte de vous entendre et de vous applaudir le 28 avril prochain.

Françoise

5 commentaires:

  1. fantomette12959@hotmail.fr19 avril 2010 11:55

    Je suis d'accord avec toi, c'est un vrai chanteur et aussi un très grand homme très humain.
    De nos jours, c'est tellemnt rare...
    Sait-tu qu'il a créé une association A.P.R.E.S SCHOOL.Une école pour changer d'avenir à Pondichéry en Inde.Il l'a créée avec sa femme Noëlle.(Ecole et Parrainages d'enfants).
    C'est bien que des célébrités se mobilisent pour des bonnes causes comme l'éducation des enfants.

    Moi, avec la mort de Jean Ferrat, j'avoue que j'ai redécouvert cet artiste.Aussi,je l'écoute beaucoup en ce moment ainsi que Serge Reggiani.Et également le dernier Frank Michaël.
    Bisous mon amie.

    RépondreSupprimer
  2. Merci Francoise pour cette page.
    Votre page est dans mon article(clic s.v.p.)
    Maintenant je voudrais vous demander deux questions.
    Noëlle etait la femme d'un ami de Yves?
    Et il etait medecin ou non?
    Je ne suis pas de Bruxelles. Le suis d'Osaka, Japon.

    RépondreSupprimer
  3. Yves Duteil a écrit une chanson dont je ne me souviens plus du titre. elle commence comme ceci :
    Ouvre-moi la porte, toi qui as la clef de la grande école du monde !
    Ce n'est pas facile de te faire entrer, mais je vais quand même essayer.
    Mille mercis à quiconque m'aidera à retrouver le clip ou la musique et les paroles de cette belle chanson comme Yves sait si bien les écrire et les chanter. Un clin d'oeil à Françoise !

    RépondreSupprimer
  4. cette chanson écrite par enrico macias est accompagne par son fils elle s intitule

    ouvre moi la porte

    RépondreSupprimer
  5. Ouvre-moi la porte,
    Toi qui as la clef
    De la grande école du monde.
    Ce n'est pas facile
    De te faire entrer,
    Mais je vais quand même essayer.

    Tu devras d'abord
    Choisir un bon métier
    Et le faire avec passion,
    Vivre avec les gens,
    Apprendre à les aimer
    Sans te faire trop d'illusions,
    Protéger la vie
    De l'arbre et du ruisseau,
    Te faire des amis
    Parmi les animaux,
    Vivre dans l'espoir
    Et chanter quand il pleut,
    Alors tu seras heureux.

    Ouvre-moi la porte,
    Toi qui as la clef
    De la grande école du monde.
    Ce n'est pas facile
    De te faire entrer,
    Mais je vais quand même essayer.

    Tu seras soldat,
    Non pas pour faire la guerre,
    Du moins j'ose l'espérer.
    Quand tu t'en iras,
    Je suis sûr que ta mère
    Se cachera pour pleurer.
    Tu découvriras
    Qu'il y a sur la terre
    Deux hommes sur trois
    Qui sont dans la misère.
    Libre de partir,
    Tu verras, mon petit,
    Que rien ne vaut ton pays.

    Ouvre-moi la porte,
    Toi qui as la clef
    De la grande école du monde.
    Ce n'est pas facile
    De te faire entrer,
    Mais je vais quand même essayer.

    À tous les instants,
    Il te faudra choisir
    Entre le bien et le mal.
    Tu auras souvent
    L'occasion de souffrir
    Et d'oublier: c'est normal.
    Alors c'est l'amour
    Que tu rencontreras.
    Ce sont des beaux jours,
    Tu sais, que ces jours-là
    Et puis un enfant
    Qui te fera vieillir,
    Tendrement viendra te dire:

    Ouvre-moi la porte,
    Toi qui as la clef
    De la grande école du monde.
    Ce n'est pas facile,
    J'ai très bien compris,
    Que c'était l'école de la vie

    Ouvre-moi la porte,
    Toi qui as la clef
    De la grande école du monde.
    Ce n'est pas facile,
    J'ai très bien compris,
    Que c'était l'école de la vie

    RépondreSupprimer